djihadistes

Confinement. 8 000 détenus libérés dont 130 radicalisés

09/04/2020 – 11h40 Paris (Lengadoc Info) – Alors que la France est confinée depuis le 17 mars, la ministre de la justice, Nicole Belloubet a annoncé ce mercredi que 8 000 détenus avaient été libérés ces dernières semaines pour des raisons sanitaires.

Le Covid 19 vide les prisons

Ce mercredi Nicole Belloubet était auditionnée par la mission d’information sur l’impact, la gestion et les conséquences de l’épidémie de Covid-19. La garde des Sceaux a alors annoncé que ces dernières semaines, de nombreux détenus ont été libérés en raison de la crise actuelle :

« Le taux de surpopulation, qui était de 119 % au 1er mars avec plus de 72 400 détenus, est au 7 avril de 107 % avec 64 439 détenus. Nous comptons donc près de 8 000 détenus en moins. »

Une diminution importante qui est dûe pour la moitié de ces prisonniers à la « diminution de l’activité juridictionnelle », les tribunaux fonctionnant au ralenti il y a donc beaucoup moins de condamnations : « Nous avons beaucoup moins de personnes qui entrent en détention. Il y en avait à peu près chaque jour entre 250 et 300, aujourd’hui nous n’en avons plus que 60 à 70. »

De plus, une ordonnance prise dans le cadre dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire permet de faciliter la libération des détenus en fin de peine.

Polémique autour de la libération de détenus radicalisés

Selon un article du Point qui cite une source des services de renseignement, près de 130 détenus radicalisés auraient bénificié de ces libérations.

Une information qui a été précisée par le ministère de l’Intérieur :

« Les condamnés pour des faits de terrorisme stricto sensu sont hors champ des mesures de libération en relation avec le contexte sanitaire lié au coronavirus. Il ne faut pas confondre terroristes et détenus radicalisés. Certes, il peut exister des détenus condamnés et libérés avant la fin de leur peine dans des procédures antiterroristes, mais il s’agit en général de personnes agissant en périphérie de ces dossiers, elles n’ont pas directement de sang sur les mains ».

Interrogée par le député Eric Ciotti (LR), Nicole Belloubet a contesté l’information du Point lors de son audition :

« Depuis le 27 mars, il y a eu 25 détenus reconnus comme radicalisés qui sont effectivement sortis de détention, mais pour des raisons normales, parce qu’ils arrivaient en fin de peine. »

De son côté, le député du Gard, Nicolas Meizonnet (RN), interviewé par Boulevard Voltaire, a dénoncé cette situation :

« La décision de libérer, aujourd’hui, des détenus radicalisés est encore plus indécente au lendemain de cette tuerie. Les gens qu’on libère sont des bombes en puissance au lendemain du confinement et peut-être même pendant le confinement. Cela donne l’impression que le gouvernement se moque d’une certaine façon de la sécurité des Français. »

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Montpellier

Michaël Delafosse est le maire de Montpellier le moins bien élu du 21 ème siècle

04/07/2020 – 17h15 Montpellier (Lengadoc Info) – Ce samedi, le nouveau conseil municipal de Montpellier …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.