Montferrier
Photo d'illustration

Menaces islamistes et vague de perquisitions en Languedoc-Roussillon

20/11/2015 – 15h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Avec l’instauration de l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire national, les forces de l’ordre disposent désormais d’un cadre législatif leur permettant de procéder aux perquisitions jusque là impossibles. Depuis les attaques terroristes de vendredi dernier à Paris, ce sont plusieurs centaines de perquisitions qui ont été menées en France.

En Languedoc-Roussillon, région déjà connue pour abriter des foyers d’islamistes, la police a procédé à plusieurs perquisitions à Montpellier, Lunel, Nîmes, Alès, Cendras, Bédarieux, Perpignan, Bages, Le Soler, Toulouges et Cabestany, soit plusieurs dizaines de perquisitions. Les personnes ciblées sont connues pour être radicalisées ou faisant l’objet d’une fiche S.

A Montpellier, dans les quartiers de la Paillade et du Petit Bard, au moins trois personnes ont été assignées à résidence. Des assignations ont également été prononcées à Lunel, Perpignan et Cendras. Les personnes assignées devront se présenter à la police quatre fois par jour.

Une multiplication des menaces dans la région ?

Depuis les attentats de Paris, plusieurs « incidents » se sont produits dans la région laissant à penser qu’une partie de la population n’est pas insensible aux discours et aux actes des jihadistes. Ainsi à Montpellier, un homme a été condamné cette semaine à six mois de prison ferme pour apologie du terrorisme. Un autre, dans le quartier de la Paillade, a menacé ce jeudi, de faire sauter un immeuble du quartier en invoquant « Allah » et le « Jihad ». Enfin, ce mercredi, dans un train reliant Narbonne à Perpignan, six personnes ( deux filles et quatre garçons) ont du être interpellées par la police après avoir terrorisé les voyageurs en proférant des menaces de mort et criant « Allah Akhbar ».

Des « incidents » qui ne semblent pas anodins. Latifa Ibn Ziaten, mère d’un des parachutistes tués en 2012 par Mohamed Merah, a indiqué ne pas être surprise par l’apparition en France de femmes kamikazes comme ça a été le cas lors de l’opération de police à Saint Denis. Sur le plateau d’I-Télé, elle explique que « à Montpellier il y a des femmes qui m’ont fait peur (…) elles préparent leurs enfants avec la haine ».

Ce jeudi, le journaliste Mohamed Sifaoui, président de l’association « Onze janvier », a écrit au ministre de l’intérieur pour réclamer l’expulsion de Mohamed Khattabi, imam radical de la mosquée Aïcha à Montpellier.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Kleber Mesquida

Mineurs isolés. Kleber Mesquida minimise l’ampleur du phénomène selon un syndicat de police

07/10/2020 – 17h40 Montpellier (Lengadoc Info) – Sans grande surprise, le président du Conseil départemental de …

2 Commentaires

  1. Alors les bobos au pouvoir, on se réveille avant le prochain attentat ou on attend encore bêtement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.