Carole Delga

Un élu FN « croque » le tandem Carole Delga – Gérard Onesta

27/06/2016 – 20h50 Montpellier (Lengadoc Info) – Depuis sa prise de fonction en janvier 2016, Carole Delga doit composer avec une majorité pour le moins hétéroclite. En effet, largement distancée par Louis Aliot au premier tour des régionales, Carole Delga ne doit son élection qu’au soutien de la liste d’extrême-gauche « Nouveau monde en commun » (NMC). Derrière cette étiquette altermondialiste, se regroupent des communistes, des mélenchonistes et des écologistes. Cette combinaison rouges-verts a remporté un succès notable (aucune autre région n’ayant réussi cette synthèse des chapelles de la gauche). Gérard Onesta, tête de liste de NMC, élu écologiste (EELV) était donc en situation de force avec ses 10%. Pour « faire barrage » à la liste de Louis Aliot, le PS et NMC ont donc fusionné. Ils dirigent aujourd’hui la région… non sans certaines tensions. 

Gérard Onesta « faiseur de reine hier, président-bis aujourd’hui » 

Le Front National, premier groupe d’opposition (34 % des voix), s’est immédiatement interrogé sur le rôle de Gérard Onesta (surnommé « Monsieur 10% ») dans le nouvel exécutif. Celui-ci a obtenu un groupe de 26 élus (soit bien plus que son potentiel électoral) ainsi que la direction d’un « Bureau de l’Assemblée », institution taillée sur mesure et qui n’existe dans aucune autre région. De nombreuses décisions portées par Carole Delga semblent émaner directement de Gérard Onesta. Par exemple, beaucoup voient dans la « consultation » sur le nom une victoire de NMC, partisan d’ « Occitanie », sur l’équipe de Carole Delga, réputée favorable à « Languedoc ». Gérard Onesta a notamment bénéficié de l’activisme des milieux régionalistes d’extrême-gauche sur internet, mettant Carole Delga devant le fait accompli. Vendredi 24 juin, la délibération socialiste visant à limiter la création des groupes politiques portait là encore la marque de Gérard Onesta : afin d’empêcher une scission au sein de NMC, celui-ci a fait relever à 7 le nombre d’élus minimum… via une délibération estampillée PS! Guilhem Serieys, élu NMC soupçonné de vouloir créer un groupe dissident, a même dénoncé une « rupture de confiance » au sein de la gauche. Pour Gilles Ardinat, conseiller régional FN, ces anecdotes sont « emblématiques du rôle de « président bis » joué par Gérard Onesta, sachant que le PS, très affaibli au plan national, ne peut obtenir de majorité à la région qu’avec les élus NMC ». 

La caricature, un bon moyen de faire passer des messages politiques ? 

Gilles Ardinat, surtout connu pour ses travaux sur la compétitivité territoriale et la mondialisation, a gardé quelques réflexes de son bac littéraire option arts plastiques. Visiblement inspiré par les relations tumultueuses entre le PS et NMC, il a repris sa plume pour illustrer son analyse politique. Gérard Onesta, incarnation de la gauche « pastèque » (vert à l’extérieur mais rouge à l’intérieur) est ici présenté comme un marionnettiste, manipulant Carole Delga à sa guise. Rappelons que Gilles Ardinat, professeur d’histoire-géographie, a déjà engagé un échange musclé avec la présidente de la région à propos des conseils d’administration des lycées, d’où sont exclus les élus FN. En somme ce dessin peut être vu comme une touche d’humour avant la trêve estivale. Il n’est pas certain que Gérard Onesta et Carole Delga, pourtant adeptes de « l’esprit Charlie », apprécieront ce coup de crayon impertinent.

Carole Delga

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Vous pouvez regarder également

Ligue du Midi

La Ligue du Midi fête ses dix ans les 5 et 6 septembre

28/08/2020 – 18h35 Nîmes (Lengadoc Info) – La traditionnelle journée de rentrée de la Ligue …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.