Hommage à Ives Roqueta

11/01/2015 – 08h00 Montpellier (tribune libre) – Ives Roqueta defuntèt lo 4 de genièr. Amb el desapareis, en seguida de Bodon, Manciet, Max Roqueta, Lafont, la darrièra “personalitat istorica” de l’occitanisme dau segle vint.

S’engatja, de jovent, dins la batèsta. Baileja la revista “Viure” de 65 a 73, ont prenon la paraula los carbonièrs de la Sala, tan coma la còla de joves tornats dels maquís de Curdistan.

Las generacions d’aprèp-68 lo descubriguèron las mans rojas e negras, dins los atalhièrs de serigrafia, còsta Claudi Marti e los vinhairons d’Aude, a tirar las afichas “Òme d’òc, as dreit a la paraula ! Parla” que botèron fuòc al país.

I aguèt puèi lo militantisme a l’Institut d’Estudis Occitans, lo CIDO de Bezièrs (vengut CIRDOC, “Biblioteca nacionala occitana”), las escòlas immersivas Calandretas, l’ostau de discs Ventadorn, lo Larzac, las caumas, las dichas publicas, las bolegadissas als 4 cantons del país.

Òme d’afortiments emai de testarditge, se carpinhèt de-còps amb lo moviment occitan, recampèt las energias sovent, cridèt sas 4-Vertats sempre.

L’òbra escricha es un aigardent pas jamai assecat, de « Roergue si! » a la « Messa pels Pòrcs », de las novèlas als libres d’istòria sul catarisme o sus 1907. S’es volgut “Escriveire Public”.

Ara, una pontannada s’acaba. Cara a la bolhaca mentala que servís de pensada oficiala, se l’Òc a quicòm de dire e de far, es pas dins lo remomiar de sas glòrias. Es dins la rompedura, e dins l’atirament dels esperits, ben au-delai de la lenga. E d’en-primièr dins la denóncia radicala de çò qu’a decidit l’Estat francés : n’acabar ambé la lenga, son ensenhament, sa preséncia sociala, sa fòrça de cambiament. Menar contra aquò una batèsta clara e entestardida.

E tot lo demai es literatura.

Carles Peireficade

Traduction (réalisée par la rédaction)

Yves Rouquette est décédé ce 4 janvier. Avec lui disparait, à la suite de Boudou, Manciet, Max Rouquette et Lafont, la dernière « personnalité historique » de l’occitanisme du 20ème siècle.

Tout jeune, il s’engage dans la bataille. Il dirige la revue « Viure » de 65 à 73, dans laquelle prennent la parole les mineurs de Decazeville, aussi bien que l’équipe des jeunes rentrés des maquis du Kurdistan.

Les générations post-68 le découvrirent les mains rouges et noires, dans les ateliers de sérigraphie, avec Claude Marti et les vignerons audois, à imprimer les affiches “Òme d’òc, as dreit a la paraula! Parla” qui mirent le feu au pays.

Il y eut ensuite le militantisme au sein de l’Institut d’Etudes Occitanes, le CIDO (devenu CIRDOC, « Bibliothèque nationale occitane »), les écoles immersives Calandretas, la maison de disque Ventadorn, le Larzac, les grèves, les discours publics, les déplacements aux 4 coins du pays.

Homme de convictions parfois entêté, il se prenait quelques fois le bec avec le mouvement occitan, il rassemblait les énergies souvent mais toujours il criait ses 4 vérités.

Sa production littéraire est un ruisseau qui jamais ne tarit, de « Roergue si! » à la « Messe pels Pòrcs », des nouvelles aux livres d’histoire sur le catharisme ou sur 1907. Il s’est voulu avant tout « Ecrivain Public ».

Une époque s’achève donc. Face à la niaiserie mentale qui sert de pensée officielle, si l’Òc a quelque chose à dire ou à faire, ça n’est sûrement pas dans la nostalgie de ses gloires passées. C’est à coup sur dans la rupture et dans la captation des esprits, bien au delà de la langue. Et prioritairement dans la dénonciation radicale de ce qu’a décidé l’état Français: en terminer avec la langue occitane, son enseignement, sa présence dans la société, sa force de changement. Il est indispensable de mener contre cela une bataille acharnée.

Et tout le reste n’est que littérature.

Carles Peireficade

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Noël traditionnel vs Noël sanitairement correct

25/12/2020 – 17h00 Montpellier (Lengadoc Info) –  A l’heure où le gouvernement impose des recommandations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.