Les Contribuables Associés réclament une réduction des impôts et des dépenses publiques

03/06/2015 – 18h00 Montpellier (Lengadoc-info.com) – L’association Contribuables Associés a fait étape hier à Montpellier dans le cadre de son Tour de France pour proposer un référendum sur la réduction des dépenses publiques et des impôts. Lengadoc Info est allé à la rencontre de Samuel Lafont, membre des Contribuables Associés.

Samuel Lafont, pourquoi faire aujourd’hui un tel référendum ?

Contribuables Associés a lancé un tour de France en 80 jours avec 55 étapes pour exiger une baisse des dépenses publiques et des impôts. On fait un constat : le ras-le-bol fiscal en France se généralise quelle que soit la couleur politique des Français, quel que soit leur métier, quel que soit leur niveau social. Il y a aujourd’hui trop d’impôt et si on veut les baisser il n’y a pas trente-six solutions, il faut baisser les dépenses publiques. Les politiques quels qu’ils soient ne prennent pas les bonnes mesures et ne font pas les réformes structurelles nécessaires alors nous proposons aux Français de donner leur avis.

En quoi consiste ce référendum ?

Les Français peuvent participer directement sur notre site internet ou en venant nous voir lors de nos étapes dans les villes de France. Nous avons cinq propositions :

_ La réduction du nombre d’élus et de leur train de vie.

_ La réforme du statut de la fonction publique et la réduction du nombre d’agents publics.

_ La suppression des subventions aux grandes entreprises et le contrôle des subventions aux associations.

_ La lutte contre la fraude aux allocations.

_ L’obligation du vote en équilibre des budgets de l’État, des collectivités locales et de l’Assurance maladie, pour mettre fin aux déficits, sans hausse des prélèvements obligatoires.

Qu’est ce que vous pensez de la politique fiscale actuelle du gouvernement ?

Nous ne nous positionnons pas particulièrement par rapport à la politique actuelle du gouvernement même si nous avons dénoncé les fausses promesses de François Hollande en terme de baisse d’impôt. Ça fait des années que nous mettons le doigt sur la hausse de la dette. On est a plus de deux mille milliards de dette aujourd’hui et les réformes actuelles ne sont pas les bonnes. On arrive à avoir aujourd’hui des annonces par les politiques sur une réduction de la dette, c’est une bonne chose, ça veut dire qu’il y a des politiques qui s’engagent sur ce sujet et ça sensibilise les gens. Malheureusement ce qui est proposé aujourd’hui ce sont des réformettes et on est loin de ce qu’il faudrait faire pour remettre la France sur les bons rails.

Comment comptez vous transformer votre référendum en acte ?

Notre mission première c’est le tour de France, c’est à dire de sensibiliser et d’informer les Français sur le lien entre les dépenses publiques et l’impôt. Auparavant les contribuables critiquaient tel impôt ou telle dépense publique. Aujourd’hui, les Français font clairement le lien entre les deux en se disant que s’ils paient beaucoup d’impôts c’est parce qu’il y a beaucoup de dépenses et que parmi ces dépenses il y a beaucoup de gaspillage.

Ensuite on obtient également un positionnement des politiques sur le sujet. On a vu que lors des manifestations contre le RSI tous le monde a réagi que ce soit Manuel Valls qui voulait supprimer le RSI, les UMP Julien Aubert et Bruno Le Maire ont demandé une mission parlementaire, le Front National qui a participé à la manifestation ou encore Nicolas Dupont-Aignan. On pousse les politiques à se positionner. On assiste à un effet boule de neige et on espère avoir d’autres annonces d’ici la fin de notre tour de France.

Le 14 juillet c’est la fin du référendum et le 15 juillet qu’est-ce qui se passe ?

On va arriver à Paris quelques jours avant le 14 juillet pour mener des actions. On va s’imposer à François Hollande. On lui a écrit pour qu’il nous reçoive. Les Français en ont ras-le-bol, 84 % d’entre eux trouvent que l’État gaspille l’argent des impôts. Si François Hollande considère que 84 % des Français peuvent être négligés c’est qu’il y a un problème et on s’imposera à lui. Les élus doivent avoir conscience que les Français vont les sanctionner sur ces sujets là.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

En Occitanie, Vinci Autoroutes renforce son partenariat avec les collectivités territoriales

02/01/2021 – 12h00 Montpellier (Lengadoc Info) –  Avec un réseau concédé long de 4443 kilomètres, Vinci …

One comment

  1. Bravo à ces militants courageux et précurseurs ….. Quand on pense que Valls vient de claquer quinze mille euros d’argent public pour amener ses fils voir un match de foot à Berlin et soutenir un club étranger !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.