Corrida

Corrida. 8 militants anti-corrida jugés à Nîmes

27/02/2016 – 18h55 Nîmes (Lengadoc Info) – Très forte présence policière ce vendredi matin au Tribunal de Grande Instance de Nîmes pour un procès concernant des troubles liés aux actions anti-corrida. Les événements jugés ne concernant pas aujourd’hui un des épisodes de la série des « Rodilhan » mais une action organisée par des militants de La Défense animale se revendiquant du CRAC, le Comité Radicalement Anti Corrida.

8 personnes étaient présentes à la barre pour répondre pour l’ensemble des faits d’ « entrave à la circulation d’un véhicule sur la voie publique ». Délit passible de deux ans de prison, de 4500€ d’amende ainsi qu’un d’un retrait de six points sur le permis de conduire. En effet, ce délit ressort de l’article L 410-1 du code de la route. Un des participants, Mme Feixes avait à répondre quant à elle des faits « d’outrage à personne chargée d’une mission de service public » ainsi que des faits de « rébellion »

Les faits se sont déroulés à Nîmes le matin du 19 septembre 2015 pendant la feria des Vendanges où les militants avaient réussi à bloquer le camion transportant les taureaux du coral situé route de Beaucaire, jusqu’aux aux arènes. Six des prévenus effectuant un « sit-in » devant le camion et dispersant des clous sur la chaussée. Deux des militants filmaient la scène et l’un d’entre eux, toujours non identifié à ce jour puisqu’il s’était masqué le visage, avait réussi à prendre la fuite dès l’arrivée des forces de l’ordre.

Devant les faits qu’ils leur ont été reprochés par le tribunal, les militants ont adopté profil bas. « Je regrette, je n’avais pas songé aux conséquences de mes actes. J’ai agi sous le coup de l’émotion » déclarera Mme Roussel, professeur des écoles.

Les peines demandées par le parquet se voudront plus pédagogiques que punitives. Ainsi des amendes légères et des Travaux d’Intérêt Généraux ont été requis contre sept des huit prévenus. L’un d’entre eux se voyant demander une relaxe pure et simple.

Délibéré fixé au 14 mars après-midi.

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

camargue

Camargue. Le ministre de l’agriculture interpellé sur le sort des manades et des gardians

11/06/2020 – 14h40 Paris (Lengadoc Info) – Après le confinement et l’annulation de nombreuses fêtes …

2 Commentaires

  1. Les regrets sont  » stratégiques  » !….Ce que l’on constate aujourd’hui c’est qu’il est à la mode de  » regretter  » en espérant la clémence de la justice, ce qui permettra ensuite de recommencer ce genre de manifestations en changeant seulement quelques protagonistes. Ce qu’il faut, c’est arrêter de subventionner cette association en guise de sanction et lui laisser le soin de s’auto-gérer !….On verra bien ensuite si les membres mettrons autant de bonne volonté à mettre la main à la poche. Filmer ou photographier cachés derrière des cagoules n’honore pas leurs auteurs ! Ce mouvement ( ou les autres ) coûte cher à la société, par ses incivilités ( acide projetée sur la statue de Nimeno aux arènes ), troubles à l’ordre public ou destruction de matériel municipal . Il est temps que la justice  » calme  » ces énergumènes avec la même ardeur qu’ils emploient pour manifester.

    • Que de mauvaise foi jcbgonzealaise… A qui allez vous faire croire que cette association reçoit des millers des deniers publiques – et oui cela peut vous paraître étrange mais c’est bel et bien la « bonne volonté » qui anime ces personnes… Ce qui coûte très cher au contribuable par contre, c’est le maintient en france de cette « tradition », qui je vous le rappelle est on ne plus plus déficitaire (des MILLIONS d’euros), et entièrement et très très grassement financée par diverses collectivités. Là dessus on peut dire que l’état est très très très coulant et généreux, n’ont pas cette chance de nombreuses autres instances culturelles qui elles ont un intérêt réel et une valeur culturelle sûre pour bien plus qu’une frange de 0,01% de la population n’ayant pas vu leurs valeurs morales évoluer depuis le moyen âge. D’autre part la corrida dans le code pénal correspond sans aucun doute ni flou à « sévices graves et actes de cruauté envers des animaux », ce qui je vous le rappelle également est passible d’une fameuse peine de prison. Et vous venez parler de regrets stratégiques en espérant la clémence de la justice pour ces personnes qui ont bloqué une route ? Laissez moi rire.

      Maintenant, vous pensez peut-être que je suis en total désaccord avec vous et pourtant non, je trouve absolument stupide de détruire du matériel municipal et encore plus des monuments, ainsi même que troubler l’ordre publique, alors qu’on sait très bien de l’aveu même des pro-corrida qu’en france (même en espagne !), dans 5 ou 10 ans maximum les corridas n’intéresseront plus que quelques éleveurs magouilleurs détournant des subventions et une minuscule poignée de pervers.

      * (quand il ne s’agit pas bien sûr d’un acte civil en cas de force majeure comme par exemple d’empêcher des gens de commettre une grave infraction au code pénal, touchant au bien être animal par exemple)

      Pour vous prouver ma bonne volonté, je suis même prêt à vous livrer un argument pro-corrida que je trouve absolument valable : ces gens là, ce qu’ils font ou regardent faire à un bovin, qui sait si il ne feraient sur des enfants si on leur enlevait leur exutoire macabre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.