« Pêche au vif ». Après la Chasse, Eddine Ariztegui s’attaque à la Pêche

22/02/2021 – 19h00 Montpellier (Lengadoc Info) – C’est un tweet de Eddine Ariztegui, élu du parti animaliste à la mairie de Montpellier, qui a mis le feu aux poudres. Se félicitant de l’interdiction de la « pêche au vif », il a provoqué une levée de boucliers de la part d’élus de communes rurales de l’Agglo de Montpellier. Ainsi que de nombreuses réactions à caractère homophobes sur les réseaux sociaux.

Eddine Ariztegui souhaite interdire la « Pêche au vif » à Montpellier

Ce qui est reproché à la « pêche au vif » qui est une technique de pêche ancestrale, c’est d’utiliser un appât vivant pour attraper un plus gros poisson. C’est donc la souffrance de ce fameux « vif » qui est dénoncée par Eddine Ariztegui du Parti Animaliste et autres associations de défenseurs des animaux.

Une vidéo de sensibilisation à cette question de la souffrance des appâts a été diffusée sur les réseaux sociaux pour faire pression sur la chaine de magasins Décathlon qui propose à la vente ce type d’appât aux pécheurs. On sait que Décathlon est sensible aux campagnes de pression, en novembre 2020, sous pression du groupe d’extrême gauche « Sleeping Giants », l’enseigne avait arrêté ses publicités sur la chaine CNews au motif que l’écrivain Eric Zemmour y intervenait. Il est donc parfaitement envisageable qu’ils se voient contraints de retirer les appâts de leurs rayons.

Cette vidéo créée à l’initiative de l’association « Paris Animaux Zoopolis » dénonce ce type de pêche en la qualifiant de « pratique archaïque qui n’a plus sa place dans notre société », de « torture » ou encore de « pratique de pêche la plus barbare qui existe ». Centrée sur la ville de Paris, les actions de l’association PAZ rencontrent un écho favorable dans les milieux de gauche « bobos ». Après l’agglomération de Grenoble, c’est donc Paris qui vient d’interdire la « pêche au vif ». On apprend que la ville de Bordeaux devrait suivre, après avoir qualifié le sapin de Noël d’« arbre mort » ça serait assez logique… Et c’est donc à Montpellier que le « bébé » vient d’échouer avec l’intervention de l’élu du Parti Animaliste Eddine Ariztegui qui entend faire pression sur la mairie.

Ferme opposition de la part d’élus de communes rurales de l’Agglo

Il n’en fallait pas plus pour provoquer l’ire des élus des communes rurales de l’Agglo de Montpellier qui ont fait part de leur opposition lors d’une conférence de presse à St Brès ce vendredi 19 février 2021. Et les propos se sont vite écartés de la « pêche au vif » considérée comme un point de détail d’un ensemble plus vaste qui est tout simplement un mode de vie déterminé par une culture et des traditions.

Ils ont dénoncé un écart qui se creuse entre la campagne et la ville, avec d’un côté des pécheurs et chasseurs « sentinelles de la nature » acteurs de la préservation de l’environnement et de l’autre des « extraterrestres qui viennent d’une autre planète » selon Jean-Luc Meissonnier, maire de Baillargues (DVD). Jean-Pierre Grand sénateur (LR) et ancien maire de Castelnau-le-Lez dénonçait une « extrême gauche qui s’est reconvertie dans l’écologie politique et qui veut changer la société ». Laurent Jaoul, maire de St Brès (SE), initiateur de cette conférence de presse, avait déjà dénoncé la « dictature verte des ayatollahs de la chlorophylle »

Des mots durs qui pourraient gripper le bon fonctionnement de l’Agglo à l’approche des élections régionales qui auront lieu en juin.

Une polémique pointée du doigt outre-Vidourle par le député du Gard Nicolas Meizonnet (RN) qui déclarait « L’amélioration du bien-être animal est un combat qui me tient à cœur, mais il ne doit en aucun cas servir de prétexte à la disparition de notre culture et de pratiques séculaires. ». Il précisait également « Plutôt que d’interdire la pêche au vif, le maire adjoint animaliste de Montpellier devrait se prononcer pour interdire l’abattage rituel sans étourdissement préalable,qui laisse des bœufs et moutons conscients de longues minutes pendant qu’ils se vident de leur sang dans d’atroces souffrances. »

Eddine Ariztegui s’était déjà illustré lors de la polémique autour de l’interdiction de la chasse sur la commune de Montpellier par Michaël Delafosse. Accusé de stigmatiser les chasseurs, il avait cette fois encore subi des injures racistes et homophobes sur les réseaux sociaux.

Lire notre enquête sur le RAGE, un groupe anti-chasse du Gard et notre compte-rendu sur le procès des anti-corridas à Nîmes.

Photos : Lengadoc Info/PAZ

Lengadoc-info.com, 2020, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

« Ville-Port » à La Grande-Motte : le projet insensé d’un maire mégalo (Tribune libre)

20/02/2021 – 19h45 La Grande-Motte (Lengadoc Info) –  Stéfan Rossignol, maire de la Grande-Motte n’a …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.