Accueil » Société » Etat Islamique. La justice irakienne condamne à mort un djihadiste de Lunel
Sakkam

Etat Islamique. La justice irakienne condamne à mort un djihadiste de Lunel

30/05/2019 – 21h00 Lunel (Lengadoc Info) – Sept français partis faire le jihad en Irak et en Syrie ont été condamnés à mort depuis dimanche par la justice irakienne. Le dernier en date n’est autre que Yassine Sakkam, un des nombreux islamistes de Lunel à avoir rejoint l’Etat Islamique.

Le djihadiste Yassinne Sakkam condamné à mort

Ce mercredi, la justice irakienne a reconnu la participation de l’héraultais Yassine Sakkam à une organisation terroriste et l’a condamné à mort. Yassine dont la famille résidait à Saint Just, à côté de Lunel, est parti faire le jihad en 2014 dans les rangs de l’Etat Islamique comme son jeune frère, Karim, mort « en martyr » en 2015 après s’être fait exploser près de la frontière irako-jordanienne. Une attaque kamikaze qui a coûté la vie à plusieurs personnes.

Yassine finira par faire venir sa femme, Saïda, habitant également dans la région de Lunel, et leur fille Nihad. Le couple aura un deuxième enfant alors qu’ils résident à Raqqa, capitale de l’État Islamique à l’époque. Mais avec la défaite de Daech, Yassine Sakkam sera fait prisonnier par les forces kurdes avant de comparaître devant la justice irakienne.

Il finira par reconnaître avoir fait allégeance à Daech.

Le gouvernement français veut sauver les jihadistes français condamnés à mort

Cette septième condamnation à mort pour des jihadistes français ne semble pas plaire à Paris qui tente par tous les moyens d’éviter que des ressortissants français soient exécutés. Le gouvernement français semble d’ailleurs dans une situation bien compliquée, refusant d’un côté que les jihadistes français soient condamnés à mort mais refusant également de faire transférer et juger ces individus en France.

Or, sur les onze Français jugés par la justice irakienne actuellement, tout ceux qui ont déjà été jugés ont été condamnés à mort.

A Lunel et dans les villages alentours, plusieurs dizaines de personnes sont partis en Syrie et en Irak pour faire le jihad dans les rangs de l’État Islamique depuis 2013. Plusieurs d’entre eux sont morts en commettant des attentats ou dans les combats, dont le fils de l’ancien président de la mosquée de Lunel.

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

Montpellier

Montpellier. La mairie s’oppose aux tests osseux pour connaître l’âge des migrants

23/11/2019 – 18h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Le conseil municipal de Montpellier a voté ce jeudi …

One comment

  1. Le gouvernement français ne respecte rien !!! Si ce brave et courageux garçon a décidé de son plein gré d’aller faire la guerre dans « le sentier d’Allah » et y mourir en martyr, pourquoi nos politiciens veulent ils l’en empêcher ??? Et ainsi le laisser vivre en lâche qui s’est rendu à l’ennemi !!!
    Messieurs les politiciens, vous qui n’avez pas fait la guerre et qui n’avez pas fait don de votre vie à Dieu, occupez vous de vos magouilles habituelles et laissez mourir les volontaires dans le chemin des martyrs !!!!
    Amen !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.