Frontignan
Crédit : Lengadoc Info

Scandale des halles de Frontignan : Un an après, Bouldoire et Arrouy toujours sous le feu des critiques

24/05/2020 – 13h45 Frontignan (Lengadoc Info) – L’année dernière, la municipalité de Frontignan était pointée du doigt à propos de la rénovation des halles. Malgré 2,5 millions d’euros d’investissement, les nouvelles halles se sont avérées être un véritable four, mettant les commerçants dans une situation intenable. Un an plus tard, la situation semble ne pas avoir beaucoup évolué, alors que les températures commencent à grimper de nouveau.

Les halles de Frontignan transformées en un four

« La semaine dernière, on avait jusqu’à 40° à 19h », raconte une commerçante des halles de Frontignan. Alors que l’été approche, la crainte d’avoir de nouveau des halles surchauffées se fait sentir chez certains, après le fiasco de l’année passée ayant entraîné une baisse du chiffre d’affaires des commerçants.

C’est que la conception de ces nouvelles halles, en verre, laisse à réfléchir : « on ne fait pas un aquarium dans le sud de la France », explique cette commerçante, aujourd’hui remontée contre la mairie. Selon elle, les commerçants avaient choisi à l’unanimité un autre projet, mais la municipalité n’en a pas tenu compte. Résultat : « j’ai perdu 15% de la surface de mon commerce. On demande à ce que l’on nous respecte, que l’on nous écoute ! »

Alors, quand les chaleurs caniculaires sont arrivées l’été dernier, la mairie a dû installer en urgence un climatiseur géant. Une solution inadaptée également, car en plus du bruit considérable, la chaleur est alors rejetée sur les commerces autour des halles.

L’architecte était le beau-frère de Michel Arrouy

A l’époque, Lengadoc Info avait dévoilé que l’architecte responsable des travaux n’était autre que le beau-frère de Michel Arrouy, 2 ème adjoint du maire Pierre Bouldoire (PS) et actuel candidat à la mairie.

En effet, le 20 mai 2015, Pierre Bouldoire a désigné la SARL « Traverse » comme la lauréate du concours entre plusieurs entreprises. « Traverse » a réalisé pour l’opération un groupement momentané d’entreprises, dont le beau-frère de Michel Arrouy faisait partie. L’adjoint au maire a pris part au vote du 27 juillet 2015 confirmant la désignation faite par Pierre Bouldoire, sans que ce lien de parenté ne soit communiqué à l’ensemble des élus du conseil municipal.

Et maintenant ?

Depuis l’été dernier, la situation n’a pas vraiment changé, si ce n’est que le climatiseur installé en urgence a finalemet été demonté.

Lors de la campagne du premier tour des élections municipales, la question est revenue durant le débat organisé par Midi Libre. Un habitant a alors posé la question à Michel Arrouy : « on a un double vitrage mais il n’y a pas la clim. Quelqu’un a oublié de mettre la clim […]. C’est une serre qui est invivable […]. Qui est responsable ? »

De son côté Michel Arrouy a reconnu qu’il y avait eu une « erreur » et qu’une climatisation était « en cours d’installation ». Mais trois mois après ce débat, l’installation n’a toujours pas débuté et les commerçants viennent tout juste d’apprendre que des travaux allaient commencer dans les prochaines semaines.

Note de la rédaction de Lengadoc Info

Lorsque Lengadoc Info a révelé en juillet 2019 les liens de parenté entre l’architecte en charge de la rénovation des halles et Michel Arrouy, Pierre Bouldoire a menacé de porter plainte contre Lengadoc Info pour diffamation et nous a fait parvenir un droit de réponse via un cabinet d’avocats.

Si nous avons accepté de publier le droit de réponse de Pierre Bouldoire, comme nous le faisons habituellement pour tout ceux qui nous le demandent, nous n’avons pas « rectifié » notre premier article comme il le souhaitait. Nous notons que près d’un an après les faits, nous n’avons reçu aucune convocation de la part de la justice suite à une plainte de la mairie de Frontignan.

A l’époque, Pierre Bouldoire s’est permis d’insulter la réputation de notre média dans la presse locale, présentant, entre autres, le rédacteur en chef de Lengadoc Info, Jordi Vives, comme étant « bien connu des services de police » et que Lengadoc Info diffusait « des propos diffamatoires ». Si monsieur Bouldoire s’était renseigné d’avantage, il aurait su que le casier judiciaire de Jordi Vives était totalement vierge et que Lengadoc Info n’a jamais été poursuivi en justice depuis sa création en 2014.

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Vous pouvez regarder également

christianophobie

[Vidéo] Christianophobie. La statue de la Vierge Marie décapitée à Pont d’Hérault

24/06/2020 – 18h25 Sumène (Lengadoc-info.com) – Après la croix du pic Saint-Loup découpée au chalumeau, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.